saburo ishikawa

j’avais trouvé et lu dans un premier temps les tomes 1 et 3 du manga

« une sacrée mamie »

de Saburo Ischikawa

et puis je viens de trouver le tome 2, toujours à Emmaüs. les enfants s’écriraient « YES! » mais je dirai plutôt « SUGOÏ! » ( すごい : super, en japonais)

manga tiré d’un roman autobiographique, de Yôshichi Shimada, il raconte l’histoire d’un petit Japonais confié à sa grand-mère, à la campagne, par sa maman qui travaille à la ville et n’a pas les moyens matériels de s’occuper de son petit garçon.

émotifs, émotives, rangez vos mouchoirs!

car ici pas d’apitoiement; de la sensibilité oui, mais pas plus.

parce que mamie est une sacrée mamie! la vie est dure, elle connaît la misère, mais voit toujours les choses du bon côté.

rien à manger? allons voir ce que la rivière nous a apporté.

pas de machine à laver, à quoi bon dépenser inutilement de l’électricité?

Akihiro n’est pas brillant à l’école? de toutes façons, on le sait bien, alors…

mamie est malade? Akihiro va travailler à se place car ils n’ont pas les moyens de perdre une journée de salaire.

ce ne sont que quelques exemples que ma mémoire a bien voulu faire remonter vite fait pour cet article… 🙂

et le tome 3 se termine sur une recette de se grand-mère que nous offre Yôshichi Shimada, celle du concombre macéré, « trop bon » paraît-il, je ne l’ai pas encore essayée! 😀

et en cherchant un lien je m’aperçois qu’il y a encore au moins huit tomes à lire???!!! oh j’ai quelques moments de plaisirs livresques en réserve.

conseils pour lire un manga : vous démarrez par ce qui vous semble être la fin du livre; vous lisez les cases de la droite vers la gauche, et les phylactères de même.  [cela vient de la lecture des écrits en japonais qui (moins aujourd’hui mais dans les journaux encore)se lisait verticalement, de droite à gauche.] on est dépaysé mais on s’y fait très bien, logique oblige.

 

Publicités

Publié par

dalienor

j'habite près de Poitiers - j'aime lire, coudre - j'aime les fleurs, les chats - j'apprends le japonais et l'espagnol - etc - - -

4 réflexions au sujet de « saburo ishikawa »

  1. Le Japon moderne a bien changé si ce n’est que l’on continue de se sacrifier pour ces vieux parents [surtout les femmes qui soouvent abandonnent une carrière pour s’occuper de leurs vieux parents ou beaux parents].

    J'aime

  2. ça me plait cette histoire de Mamie, ici aussi ce sont souvent les grands parents qui s’occupent des petits enfants et c’est pas mal je trouve, d’une part c’est une seconde et dernière jeunesse pour les seniors et surtout les grands parents ont parfois plus de patience que les parents qui après une journee de travail sont HS et ne sont pas vraiment dispo. pour leurs enfants, Bises et belle soirée Danielle.

    J'aime

    1. pour la patience, je suis partagée; on est plus patient pour certaines choses, mais moins sur le bruit par exemple. mais cette histoire est pleine d’optimisme. enfin, si l’on regarde le verre à moitié plein.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s