le cache-pot de val

une petite corbeille offerte à Val pour vous montrer à quoi peuvent oeuvrer mes petites corbeilles, si d’aventure… 😉

des violettes du Cap ou de la corbeille, on ne saurait dire qui est la plus jolie, n’est-ce pas? 😀

Publicités

récup’ jean et sacapoche

j’ai parfois besoin d’avoir juste sur moi mes clés, et très éventuellement mon tél’portable, et comme souvent je n’ai pas de poche à mes vêtements, je me trouvi 😉  un peu embêtée.

idée d’un petit sac, et en fouillant dans mes restes de jean (pas de Jean!) je tombe sur un pantalon mal retouché et qui a une poche, intacte et assez grande pour loger le petit matériel cité plus haut sans risque de le faire tomber.

allez hop!!! sitôt dit sitôt fait,

voici le résultat, je vous préviens, ce n’est pas de la haute couture, mais du fltm (fais-le toi-même) 😀

sac à jouets

enfin pour moi; quelqu’un se propose d’y mettre du pain 😀

il me restait trois morceaux d’un tissu aux motifs zenfantins et colorés, en hauteur, pas larges…. je me suis décidée à coudre une sorte de sac à trois côtés, népou m’a découpé un triangle équilatéral dans une carton, et j’ai pu me mettre au travail.

le tissu intérieur vient d’une chemise pour homme (état neuf), et pour « fermer » j’ai repris le système du dernier sac à tarte avec deux toutes petites anses et une grande; en passant celle-ci dans les petites, on ferme le sac et on a une poignée.

photos!

    un crocodile pour deux éléphants,

ça trompe énormément 😉

patty cake$

après avoir lu l’article que Claire (latêten…) a consacré à ce film, j’ai décidé d’aller au TPA le voir, séance à 18h hier soir, ne pas louper, dernière semaine.

je ne vous cache pas que le rap ce n’est pas ma musique préférée, et la première partie du film m’a demandée un peu de constance, ou de patience comme vous voulez, la musique et les paroles… « pas ma tasse de thé » comme il se dit maintenant ( ça fait un moment que j’ai envie de faire des mini-articles sur les expressions du XXIème siècle 😀 )

je me suis concentrée plus sur les personnages, et je les ai trouvés attachants. et les acteurs justes dans leur composition.

la jeune fille qui rêve son avenir loin du New Jersey « pourri », la mère qui n’arrive pas à se consoler de ses rêves de jeunesse, la grand-mère malade, l’ami employé au drugstore, le musicien mystique ( et à la sensibilité exacerbée).

le melting-pot (est-ce ici le bon mot???) : jeune femme blanche, ami d’origine indienne, musicien afro-américain… chacun à sa façon se bat pour ne pas crever dans la société qu’on connaît.

et je me suis laissée embarquer dans l’histoire.

les doutes, les joutes de rap? slam?, l’inspiration qui vient, la construction d’un morceau de musique (mais comment font-ils pour distinguer ce qui est « bon » de ce qui est « m… »???

un zeste de folie, les deux pieds sur terre (il faut arriver à payer les soins de Nana, la grand-mère), un coeur « grand comme ça », Killa P. / Patricia parviendra à réaliser son rêve. au passage elle aura su apprivoiser le musicien qui l’a acceptée comme elle était, grosse et talentueuse. jamais ô grand jamais il ne l’a appelée « Dumbo », le surnom qu’elle traîne depuis l’école. parce que ce qui compte, ce n’est pas l’apparence n’est-ce pas?  😉

c’est peut-être pour ça que Claire parlait d’un feel-good movie?

mais j’ai trouvé quelque chose de plus à creuser, et si vous en avez l’occasion ET même si vous n’aimez pas le rap, allez voir ce film, il est intéressant, pas « tout noir ou tout blanc » et si l’émotion est au rendez-vous, le film aura fait son oeuvre.

séga séga île de La Réunion…

j’ai appris l’existence du séga quand j’étais facteur à Paris, comme on le sait l’administration recrute beaucoup dans les DOM parce que là-bas, il n’y a pas assez d’emplois (mais bon je ne vous fais pas un sujet social…) et un de mes collègues m’avait prêté des cassettes de musique et chansons réunionnaises.

mais à La Réunion (où je vais maintenant régulièrement pour retrouver la famille), j’ai aussi entendu du séga mauricien, et j’ai bien aimé; pas forcément tous les titres, mais quand même… ça me ferait danser si je le pouvais 😀

alors alors je vous propose d’écouter Sylvain Kaleecharan qui a adapté un séga (d’après les commentaires, mon plaisir est partagé par beaucoup d’autres amateurs), dont les paroles se trouvent ici. jetez un p’tit coup d’oeil pour découvrir peut-être la langue créole?

ici la chanson par son créateur

ladilafé, salékorek! 😀