voyages autour de ma chambre

en quelques jours, j’ai fait une croisière aux Açores-Canaries et Madère (Agence Thompson and co); puis un périple en Chine (Les tribulations d’un Chinois en Chine), et je termine à l’instant un autre périple à travers l’Europe(Petits suicides entre amis).

tout ça sans bouger de chez moi, les voyages ne déforment pas toujours les valises 😀

le premier voyage fut en compagnie de Jules, le grand Jules (Verne), je vous en ai parlé ici;

le périple en Chine, c’est grâce aux Tribulations d’un Chinois en Chine. je connaissais ce titre par ouï-dire, un film avec Belmondo, et wiki me confirme que c’est une libre adaptation du roman de Jules Verne. je suis contente de n’avoir pas vu le film, j’ai pu profiter de l’original. un jeune Chinois, riche et désabusé, à la recherche d’émotions, pense à se marier, mais sa ruine le convainc de se suicider, et comme il n’y parvient pas, il confie cette tâche à son maître en philosophie et ami, qu’il innocente d’avance par une lettre. seulement, voilà, vous savez ce qu’il en est des spéculations boursières… au lieu d’être ruiné, le voici encore plus riche, et décider à se marier avec sa belle. encore lui faudra-t-il remettre la main sur la lettre, et le temps lui est compté.

le voyage en Europe, c’était en Pullman, avec la joyeuse bande de suicidaires dont Arto Paasilinna nous conte la virée haute en couleurs. du même auteur. j’avais lu « le lièvre de Vaatanen« , je n’ai donc pas été surprise par le style ni le récit, et tout en ayant un autre angle d’approche du peuple finnois, j’ai été moins conquise que par ma première lecture. la fin est assez prévisible, et de toute façon, ce n’est pas mon problème, je lis toujours la fin en cours de route : ce qui m’intéresse c’est comment le récit est mené, et il y a toujours des choses que je n’ai pas vues.

c’est amusant d’avoir sorti de la bibliothèque ces deux derniers livres l’un à la suite de l’autre, le ressort est le même : comment flirter avec la mort peut vous donner le goût de la vie.

aucune envie de me suicider, juste besoin de lectures pas trop prises de tête en ce moment, je dois d’ailleurs me replonger dans le « Renan« , mais je prévois que je ne le finirais pas d’une seule traite 🙂

bonnes lectures!

Publicités

jules verne

mieux vaut tard que jamais, je viens de lire « mon premier Jules Verne ».

pas un roman de la veine fantastique, non; mais un roman plutôt descriptif de la société, satirique, touristique et géographique et un chouya historique.

un roman pour se détendre sans tomber dans les trucs idiots et/ou mièvres ou ce que vous voulez…

ce roman posthume, que wiki attribue au fils de Jules, Michel Verne  (ce que conteste Charles-Noël Martin dans sa préface), c’est « L’agence Thompson and co« .

ou les tribulations d’un groupe de voyageurs anglais pour la plupart dans l’archipel des Açores, Madère et les Canaries.

leur voyage ne sera pas une croisière de tout repos, tant s’en faut  😀

il y a la description du voyage en mer; de la vie de croisière; des îles, des populations; de l’économie locale, l’Histoire, la géographie : là j’ai un peu de mal à tout me représenter, mais pas grave, je pourrai toujours regarder sur un atlas plus tard.

et puis il y a de la romance, mais oui!  🙂  avec la description des préjugés de l’époque, qui, alors, étaient si admis qu’ils étaient exprimés…

quatre cent neuf pages de lecture bien agréable, que je verrais bien en feuilleton.

j’avoue que vers la fin, le suspens étant depuis longtemps absent, j’avais tout autant que les voyageurs quelque envie que le voyage prenne fin.

et la fin, très « happy end » rejoignait le plaisir de lire ces aventures bien au chaud sous la couette, avec la température que l’on sait à l’extérieur.

ce qui m’amène à vous donner le lien suivant, parce que tout le monde n’a pas notre chance : « grand froid : mettons les réfugiés à l’abri » ; vous en ferez ce que vous voulez, mais au moins j’aurai fait vers eux un geste minuscule mais juste.

ernest renan

de « l’héritage » des livres des parents de népou j’ai trié une trentaine d’ouvrages (environ), mais je ne pense pas souvent à piocher dedans. j’y ai pourtant fait quelques « découvertes » mais bon… je vais plus facilement lire mes livres de poche… sauf que parfois, ils ne s’accordent pas à l’humeur du moment.

c’est ainsi que j’ai retiré des étagères de la pièce à vivre ( ^-^) les Souvenirs d’Ernest Renan et que je trouve cette lecture intéressante. si j’avais imaginé lire ce genre de bouquins un jour! je ne sais pas trop d’où j’avais une vague idée du personnage, idée tellement vague qu’elle est forcément différente de ce que je trouve dans ces Souvenirs.

et j’ai la grande surprise d’y trouver des lignes qui alimentent une réflexion sur le XXIème siècle et certains des problèmes qui se posent.

ce genre de livre permet une lecture fragmentée, et puis, je reconnais que le style de l’auteur m’impose quelques pauses   😉

mais c’est intéressant, de même que la page de wikipedia.

 

l’art du mandala

pour tous ceux et celles qui aiment cet art, pour tous ceux et celles qui ne le connaissent pas, je vous propose d’aller rendre visite à cette page Mandala Art, et si vous le voulez bien, faire un petit article sur votre blog? vous rendrez un petit service à une artiste qui le mérite bien.

N. dessine des mandalas magnifiques, comme ceux-ci, vus sur sa page

 

ou encore ceux-ci :

IMG_20161216_192909.jpg

IMG_20161129_143948.jpg

IMG_20160929_205402.jpg14516334_1169102079827354_8719584515017210408_n.jpg

elle dessine sur commande, selon vos demandes,  noir et blanc, couleur, format…

d’avance merci.

le goût de la Chine

un petit livre, 10×16 cm, 8mm d’épaisseur,  113 pages de lectures.

des textes choisis et présentés par Anne-Marie Cousin pour la bibliothèque du voyageur Gallimard, d’écrivains chinois de différentes époques et de deux français, Stéphane Fière (La promesse de Shangai) et Fabienne Verdier (peintre et calligraphe), pour un, non, des voyages à travers la Chine.

il faudrait bien que je me fasse une liste des auteurs de textes que j’ai aimés pour éventuellement retrouver les livres et lire le texte entier.

et si je trouve chez Emmaüs ou en vide-grenier d’autres livres de cette collection, il y a de grandes chances pour que je les achète, c’est vraiment une bonne manière de faire connaissance avec un pays.

claude izner

chiné à Emmaüs, un petit roman policier historique, parfait pour lire quand il fait froid dehors!

eh  bien j’ai été comblée par cette lecture!!!

d’abord j’ai deux auteures pour le prix d’une. clic ici

j’aime la façon de présenter tout dans ce roman : les éléments importants, le décor, les personnages secondaires ne sont pas traités d’une pichenette…

l’enquête menée par Victor Legris, qui n’est pas policier mais libraire, se déroule pendant l’Expo universelle de 1889; on fait la connaissance d’une tour dont vous connaissez peut-être le nom? 😀 et tout est bien documenté; ça j’aime! me distraire sans tomber dans des âneries.

mon enquête à moi va consister en la recherche d’autres aventures de ce libraire-enquêteur, je ne lis pas que ça, mais de temps en temps, ça fait beaucoup de bien. comme un croissant le dimanche matin? ^-^

collection « grands détectives » édition 10/18.